Transcontinental Race No4 – Day 5

Transcontinental Race No4 – Day 5

Lever du jour dans une des vallées traversées

Coup de panique en Italie

Suisse, Italie, 302 km, 5470 m D+, 19h10
mercredi 3 août

4h15, mon téléphone sonne. Cette fois-ci j’ai mis l’alarme. C’est dur de se lever. J’enfile mon cuissard et mon maillot. C’est une épreuve. Le mélange de sueur, crème solaire, crème anti-frottement dont sont imprégnés mes vêtements rendent chaque matin le rhabillage très désagréable et… collant. C’est à ce prix qu’on voyage léger. Heureusement le mélange de mérinos de mon maillot limite fortement les mauvaises odeurs.
Je rassemble mes affaires et quitte ma chambre en m’étant bien assuré de ne rien avoir oublié. Du 8ème étage, j’appelle l’ascenseur qui doit m’emmener au sous-sol pour récupérer mon vélo. Quel drôle d’hôtel. Une tour de 11 étages qui a l’air déserte avec de grandes chambres au mobilier désuet. Je me croirai dans la tour HLM du film Buffet Froid. Je récupère mon vélo dans le local dont l’éclairage est HS. Ma micro frontale me donne tout juste la lumière nécessaire pour ranger mes affaires dans mes sacoches. Tiens, un vélo équipé comme le mien s’est invité dans la nuit. Un autre rider dort dans cet hôtel…

Je commence à rouler avant 5h. Il fait très frais.

Dans la nuit noire au petit matin
Dans la nuit noire au petit matin

Sur le profil d’altitude de mon GPS, je vois que j’ai un col à monter dans quelques dizaines de kilomètres mais pour moi le plus dur est passé, à part peut-être le col du Giau en Italie que je franchirai demain. J’aurais du y regarder de plus près…

Le jour se lève doucement, je roule sur une petite route de montagne superbe et je profite du lever de soleil comme chaque matin. Je checke Freeroute pour voir qui est dans les parages. Je vois que le 91, mon Polonais, a posé son hamac quelque part dans la forêt que je suis en train de traverser. Le gars n’a vraiment pas peur. Je suis pourtant habitué à courir en forêt de nuit à la frontale, mais là, je n’oserai pas m’y installer pour dormir.

Lever du jour dans une des vallées traversées
Lever du jour dans une des vallées traversées

Je m’arrête au bout de 20 km seulement à Bonaduz dans une supérette qui vient d’ouvrir pour prendre mon petit déjeuner et faire les provisions de ravitaillement pour la journée.

Au kilomètre 50, j’attaque la montée du col d’Albula. Je regarde bien mon GPS et je vois qu’il y a environ 1500 m de D+ à monter, mais il n’y a rien à faire, mon cerveau refuse de croire que ça va être dur, d’autant que la pente est douce dans les premiers kilomètres.

Je grimpe tranquillement quand je me fais surprendre par un rider qui m’a rejoint. C’est le numéro 66, un néerlandais très sympathique. Le gars est un gaillard sur son vélo vintage qui paraît frêle. J’apprendrai à l’arrivée qu’il cassera sa fourche (au Kosovo je crois) et qu’il réussira à la faire ressouder pour terminer la course !

Cap 66
Un bout de route avec le 66 !

Nous discutons un petit bout de route puis il s’en ira doucement car il monte plus vite que moi. Encore une fois, je n’essaie surtout pas de suivre.

Montée de l'Albula
Montée de l’Albula : dur !

Les derniers 13 km à 7 % de moyenne me rappelleront qu’il n’y a pas que dans le Furka qu’on souffre. Le 34×32 a encore bien chauffé. L’arrivée au sommet est une magnifique récompense.  Je suis à 2315 m d’altitude quand même. Je suis content et j’ai le sourire.

Traité avec VSCO
Au sommet de l’Albula

Je bascule de l’autre côté de la vallée et fais une pause déjeuner à Zernes, en ravitaillant dans une supérette. Remplissage des bidons à la fontaine en repartant. Le ravitaillement en eau n’est absolument pas un problème dans les régions montagneuses, presque tous les villages ont des fontaines sans contre-indication de consommation.

Dans la suite des réjouissances, je gravis deux autres « petits » cols successivement avec 700 m de D+ à avaler. Ces deux là me donneront du fil à retordre également. J’arrive au sommet du col de l’Ofen content des mes ascensions de la matinée. Ce sera mon dernier col des Alpes suisses.

Traité avec VSCO avec preset a6
Col de l’Ofen ou Pass dal Fuorn en Romanche

Je redescends et file vers la frontière italienne.
Je suis de plus en plus inquiet pour la pression de mes pneus. A chaque arrêt je tâte mon pneu arrière et j’ai parfois l’impression que j’ai crevé. Il reste encore tellement de chemin que je veux les préserver au maximum et ne pas rouler sous-gonflé. Bref, je suis en mode psychotage. Je repère avec mon téléphone un magasin de vélo (merci Google) dans un des villages que je traverse. Miracle, le magasin existe bien avec des pompes à vélo déjà sorties qui avaient l’air d’attendre que j’arrive. Les deux mécanos cycle n’ont jamais vu un vélo équipé comme le mien : ici, c’est VTT. Les gars me demandent d’où je viens, où je vais et sont estomaqués qu’une telle course existe. L’un deux, un anglais originaire de Londres, insiste pour faire lui-même la pression. Il reste encore un peu plus de 4 bars dans les deux pneus. Voilà de quoi me rassurer. On remet 5 bar à l’avant et l’arrière et je laisse mes deux sympathiques assistants en quittant le dernier village suisse de mon périple.

J’arrive à la frontière Italienne avec émotion. Bye bye la Suisse. Quel magnifique pays. J’aurai vu des paysages à couper le souffle et avalé un paquet de mètres de dénivelé. Un superbe pays pour faire du vélo avec des routes toujours en parfait état et des ouvrages de génie civil dans les montagnes impressionnants (ponts, tunnels, barrages).

Traité avec VSCO avec g1 preset
Passage de la frontière italienne

Je continue ma descente et en arrivant à Prato Stelvio, où je me laisse embarquer sur une piste cyclable, dont le revêtement passe du bitume à des gravillons et qui surtout semble m’emmener dans la mauvaise direction. La cartographie de mon Garmin ne semble pas être à jour. Là où je dois passer une rivière, pas de pont, là où je dois tourner à gauche, ça tourne à droite. Je reviens sur mes pas, repars dans l’autre sens et je commence à m’énerver sérieusement avec l’impression de perdre un temps fou. Finalement je fais une boucle inutile de 5 km de trop pour retrouver la route principale, très passante et surtout avec une telle densité de trafic que je dois doubler les voitures à l’arrêt, un coup par la droite un coup par la gauche. De plus, j’ai un fort vent de face. Je reprends ma trace initiale qui me fait prendre une petite route, fléchée pour les vélos, qui doit m’emmener à Bolzano. Celle-ci se transforme à nouveau en piste qui est par endroit vraiment défoncée. Je peste contre ce balisage qui est fait pour les VTT mais pas pour les vélos de route !
Mes premiers kilomètres en Italie ne sont pas un succès, d’autant que je commence à être fatigué.

En route vers Merano
En route vers Merano

Je traverse Merano et longe pendant 30 km un canal et une voie ferrée sur une piste cyclable roulante. Quel contraste avec les kilomètres précédents ! La tension redescend. Il fait chaud mais le léger vent de face est agréable. J’arrive à Merano dans l’idée de m’arrêter pour trouver mon repas du soir. Je traverse malheureusement la ville sans trouver de quoi ravitailler.

Je me retrouve rapidement à la sortie de la ville à monter un mur qui m’emmène à nouveau dans les montagnes. Je n’ai presque plus d’eau et plus grand chose à grignoter. Le soleil ne va pas tarder à se coucher. Ça monte très sec et je suis en train de laisser beaucoup d’énergie. Je suis inquiet… Heureusement je trouve une maison avec une personne sur sa terrasse, je l’interpelle, il me remplit mes 3 bidons d’eau.

Je repars rassuré mais à une intersection, la route que je dois prendre est indiquée sans issue. Je checke mon GPS, et mon téléphone pour voir où sont passés les autres, je ne comprends rien à la carte. J’ai peur de m’engager sur une route qui se transformera en piste pierreuse et de devoir faire demi tour, car pour Google Map à cet endroit, il n’y a pas de route ! Je choisis d’abandonner ma trace et de continuer à monter. Il n’y a absolument personne sur cette route, pas une voiture, pas une habitation. J’arrive dans un hameau avec un panneau indiquant une auberge. Il faut que je mange. Je m’aventure près de la dite auberge. Tout est fermé et j’entends un chien qui aboie de plus en plus fort. Je repars.

J’arrête une voiture pour demander mon chemin et essayer de comprendre où va m’emmener cette route. Deux jeunes très sympas tentent de m’expliquer que je peux rejoindre un village plus loin où dormir, et qu’il y aura peut-être un hôtel. Parler avec deux personnes me réconforte un peu. Mais ils ont l’air inquiet pour moi et me font comprendre que je mettrai des heures à atteindre le point de chute que je vise : Moena.

Je repars, à moitié rassuré, en espérant que leurs indications ne sont pas fausses. Je tombe sur une auberge ouverte ! Vite j’y fonce et rentre dans le restaurant où il n’y a plus personne. Il est 21h. Je demande si peux avoir un repas, l’aubergiste me dit qu’il va essayer de me trouver quelque chose à manger. Il revient avec un grand morceau de pain, quelques tranches de saucisson et un verre de coca. Quel bonheur ! J’en profite pour recharger mon GPS car il y a une prise dans la cuisine. Discuter avec l’aubergiste et manger m’apaise et le stress retombe. Il m’explique comment rejoindre Moena et me propose aussi de dormir dehors sur sa terrasse. J’hésite. Le coin est tranquille mais il faut que j’avance. Je repars donc en remerciant l’aubergiste de son hospitalité.

La nuit est tombée maintenant, j’allume mon phare d’autant que je roule dans la forêt. N’étant plus sur ma trace GPS, je me guide avec Google Maps mais je dois faire très attention car il ne me reste plus beaucoup de batterie sur mon téléphone. Je reprends confiance petit à petit.

Mon GPS bippe, je regarde l’écran, j’ai récupéré ma trace. Je ne m’y attendais pas si vite et me sens définitivement soulagé. J’ai un grand sourire. J’ai l’impression d’avoir remporté une victoire. Rouler en n’étant plus sur sa trace GPS, c’est un peu comme faire de l’équilibre sans filet, c’est le sentiment que j’ai.

trace_day_5
En bleu la trace prévisionnelle, en rouge la trace réalisée. Pas de quoi paniquer en regardant à froid, mais sur le terrain et sur le GPS, avec toutes ces petites routes et chemins, c’était autre chose !

J’ai retrouvé de la sérénité et suis bien décidé à filer sur Moena.
J’arrive à une station de montagne de Nova Levante. C’est un choc brutal et rassurant : c’est la fête ce soir-là, tous les magasins sont ouverts, tout le monde est dans la rue. Il y a donc de la vie quelques part dans ces montagnes ! Ça me fait franchement du bien de voir tant de gens et de la lumière dans la rue. C’était tellement inattendu !

Traité avec VSCO avec preset a6
Soir de fête à Nova Levante

Il me reste 30 km pour atteindre Moena, je m’accroche. Je retombe dans la nuit noire puis quelques kilomètres plus loin, je rattrape le rider n°84, un Finlandais. Il me dit qu’il va pousser jusqu’au CP3 cette nuit ! Je grimpe bien plus vite que lui car cette fin de parcours m’a fait monter l’adrénaline, j’ai de l’énergie à revendre.

J’arrive à Moena à minuit. Je m’attendais à trouver un petit village de montagne, j’arrive dans une station très animée avec encore plusieurs bars ouverts. L’hôtel que j’avais repéré un peu avant sur Booking vient de fermer… Je fais un rapide tour dans la ville pour trouver un spot pour dormir, mais je ne trouve pas et j’ai aussi besoin de recharger mon GPS et mon téléphone. Je m’adresse à un bar où les jeunes serveurs m’accueillent chaleureusement. Je sens tout de même sur moi les regards étonnés de la clientèle qui se demande ce que fait un type en tenue de cycliste à cette heure-là et dans cet endroit.

Je leur demande s’ils connaissent un hôtel. Un des serveurs me dit qu’il va me trouver ça. Il passe plusieurs coups de fil et me dit qu’une de ses amies va venir me chercher pour m’indiquer un hôtel. La scène est surréaliste. Je suis accoudé à un bar, mon casque sur la tête, avec à ma droite un homme fortement alcoolisé qui essaie de communiquer avec moi et tout autour de moi une jeunesse dorée qui a l’air de s’éclater, le tout sur fond sonore musical assez fort.

L’attente est très longue et pénible, je vois les minutes qui tournent, des minutes de perdues à ne pas dormir, je me dis que j’aurais mieux fait de dormir dehors.
Finalement une jeune femme arrive et m’indique l’adresse de l’hôtel où son frère travaille de nuit. Je reprends mon vélo, remonte douloureusement quelques pentes dans la station et arrive à l’hôtel.

Le type hyper sympa m’attendait plus ou moins, mais la procédure d’enregistrement me semble interminable. Comme à chaque fois, je dois laisser mon vélo au garage, ma chambre est à l’étage…

Après le rituel habituel, je m’endors vers 1h30, épuisé…

strava_05
Activité Strava Day 3 – Suisse, Italie, 302 km, 5470 m D+, 19h10

9 thoughts on “Transcontinental Race No4 – Day 5

  1. Encore une grosse journée qui a dû être riche en émotions (mais y a-t-il des petites journées sur la TCR ??) !
    Jour 6 : le CP4 j’imagine. ça n’a pas dû être simple non plus… on attend la suite, merci pour les récits détaillés !

  2. Oh comme je reconnais ces situations de douche écossaise, de doute et d’espoir, de solitude dans le noir et de trop grand bruit dans les bars. Et cette fatigue et cette adrénaline! Grand merci pour le récit, et on attend la suite 😉 Amicalement

  3. Partir un long we et du coup avoir 3 épisodes d’un coup. C’est comme regarder sa série préféré en dvd, impossible de faire qu’un épisode à la fois 🙂
    Je connais pas Véro, mais suis d’accord avec elle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.